FORZA, POLITICA, ITALIA Le nouveau visage de la politique italienne

Publié par Le Lycéen le

Matteo Salvini, nouveau ministre de l’intérieur italien est     fermement opposé a l’immigration sur le sol italien
Matteo Salvini, nouveau ministre de l’intérieur italien est fermement opposé a l’immigration sur le sol italien

Depuis le premier juin 2018, un nouveau visage s’est installé à la table des ministres italiens. Et ce visage n’est autre que le leader du parti politique d’extrême droite italienne, la ligue du nord : Matteo Salvini. Qui se cache derrière cet homme qui incite les migrants installés en Italie à « faire leurs valises » ?

Le gouvernement italien bouleversé

Avec la nomination de Matteo Salvini à la place de Marco Minniti à la tête du ministère de l’intérieur italien, le gouvernement italien connait un véritable bouleversement. Le leader de la Ligue du Nord a été nommé au sein du gouvernement d’union formé par son parti et le Mouvement 5 étoiles qui est dirigé par Luigi di Maio. Les deux grands dirigeants de l’Italie ont su se mettre d’accord pour se partager les postes de vice-premiers ministre sous la présidence de Giuseppe Conte.

Une politique anti-migrants sans précédent

Matteo Salvini est connu pour ses propos durs sur l’immigration. En effet, son parti se fonde principalement sur des idées d’extrême droite et donc sur des mesures anti-migrants. Les deux mouvements politiques souhaitent porter à 18 mois la durée maximale de rétention*. Une partie des 4,2 milliards d’euros qui devraient être consacrés chaque année à l’accueil des migrants servira finalement à financer les expulsions. En plus, Salvini réplique à tous les citoyens italiens que « l’Italie ne peut pas être le camp de réfugiés de l’Europe » du fait que l’Italie est un des pays d’Europe qui accueille le plus de migrants sur son sol.

Une série de mesures xénophobes

Même s’il a le soutien de certains italiens dont la plupart sont nationalistes, Matteo Salvini reste très critiqué en Italie et pour cause : le slogan de Matteo n’est autre que « Les italiens d’abord », slogan largement inspiré par le « America First » de Donald Trump. En effet, nombreux de ses opposants le comparent à Hitler à cause de ses campagnes visuelles où Salvini arbore un costume de nazi ainsi qu’une moustache hitlérienne. Il a déjà mis en place plusieurs mesures xénophobes.

L’une d’elles consiste en l’installation d’un couvre-feu à 21 heures réservé uniquement aux commerces ethniques et principalement tous possédés par des citoyens étrangers. Cette mesure est scandaleuse car elle est totalement discriminatoire et injuste envers les étrangers. Mais Salvini ne va pas s’arrêter là, samedi 13 octobre il a ordonné d’évacuer des migrants qui logeaient dans un village de Calabre vers des camps d’hébergements. De plus, il n’hésite pas à s’en prendre aux enfants grâce à une réforme qui oblige les familles étrangères à déclarer leur patrimoine en Italie et dans leur pays d’origine. Ceux qui ne le font pas, car pour certains c’est impossible, sont obligés de payer le tarif le plus cher de la cantine. Certaines familles étrangères n’ayant pas les moyens de payer une somme importante se voient contraintes de faire un sandwich à leur(s) enfant(s) pour le midi. Ces enfants doivent donc manger à l’écart des autres élèves. Cette mesure est comme toutes les autres honteuse voire inhumaine tant elle instaure le mépris des étrangers et la discrimination dès le plus jeune âge. Pour clore sa série de mesures anti-migratoires, le nouveau ministre de l’intérieur a refusé d’accueillir sur le sol italien un navire transportant 629 migrants secourus au large de la Lybie.

Beaucoup craignent qu’avec la nomination de Matteo Salvini comme ministre de l’intérieur et au vu de son discours et des réformes qu’il a déjà mises en place, l’Italie ne retombe dans le fascisme dans lequel l’avait poussée Benito Mussolini à l’époque de la Seconde Guerre Mondiale. Reste à espérer que l’Italie se souvient de ses erreurs passées et de son histoire afin de ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs.

L.P. et E.T.

*La durée maximale de rétention consiste à priver de liberté des étrangers faisant l’objet d’une mesure d’éloignement dans l’attente de la mise en œuvre de ce retour


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.