Une nouvelle ère pour le Portugal

Publié par Le Lycéen le

Au fond du gouffre, comment le Portugal s’est-il relevé ?

Depuis la crise des subprimes le Portugal  n’a pas réussi à se relever par ses propres moyens, il a dû avoir recours à une aide et accepter les conditions de rigueur imposées par l’Union européenne. Cependant, c’est grâce à sa politique de relance de l’emploi et de la production que le Portugal  a réussi un véritable redressement.

Après la crise de 2008, le Portugal tout entier est en train de renaître de ses cendres. La crise financière, le chômage de masse, les déficits abyssaux  et une dette phénoménale ont fait que, en 2011, le pays était à deux doigts de la banqueroute. Il n’a réussi à s’en sortir qu’avec l’aide de la troïka (l’UE, la BCE* et le FMI*), qui lui a avancé 78 milliards d’euros en échange d’une promesse de réformes.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Portugal-November_2011_Austerity_Protest_in_Lisbon_Portugal-wikipedia.org_.jpg.
Manifestation contre la politique d’austérité du gouvernement portugais novembre 2011 wikipedia.org

Le redressement du Portugal n’est pas dû à un miracle. En effet, il a dû avoir recours à certains compromis. En échange d’une aide financière, la troïka, lui a imposé certaines réformes : comme réduire le nombre de fonctionnaires de 60.000 en deux ans, davantage de reformes pour assouplir le marché du travail. Effectivement, le gouvernement a abaissé le coût des licenciements, diminué les salaires et supprimé des jours de congés ce qui a débouché sur de nombreux licenciements. Par conséquent, plus d’un million de Portugais s’est retrouvé au chômage. Cet « appauvrissement » de la population a bien sûr suscité des réactions des syndicats. Mais pour le 1er ministre, Pedro Passos, « Le chômage était une occasion pour changer de vie ». Pour faire bonne mesure, les prestations sociales ont été revues à la baisse, y compris les retraites, la TVA alourdie de deux points, et des bijoux de famille de l’Etat (aéroports, compagnies de distribution d’énergie) vendus pour faire rentrer de l’argent dans les caisses.

Un redressement spectaculaire

Après avoir atteint un taux de croissance négatif entre 2011 et 2013, le Portugal a réussi à enregistrer une croissance de 1.6 % en 2016 et 2.8 % en 2017. Il a la certitude de pouvoir avoir une croissance finale bien supérieure à 2% en 2018.

Alors que l’Union européenne a imposé à de nombreux pays des politiques de rigueur : de réduire les déficits par la baisse des dépenses publiques, des réformes structurelles du travail visant à « assouplir » les droits des salariés, ou d’abaisser les protections sociales, le Portugal a fait un tout autre choix. C’est en fait l’inverse de ce que préconise l’Union européenne qui a été pratiquée au Portugal depuis un an et demi. Le modèle portugais n’est pas dû à la politique de l’offre mais à la politique de la demande. Au lieu d’alléger la fiscalité des entreprises, le Portugal privilégie une politique de relance de l’emploi et de la production en augmentant le SMIC ou encore le salaire des fonctionnaires.  Ainsi le Portugal a affiché un déficit budgétaire* (= les dépenses sont supérieures aux ressources) de 2% en 2016, il compte le ramener à 1% en 2018 avant de viser l’équilibre budgétaire en 2020. En matière budgétaire, celui-ci figure parmi les pays les plus sérieux de la zone euro contrairement à son voisin la France qui affiche un déficit de 3,4%. La croissance économique du Portugal, depuis 10 ans, a dépassé toutes les attentes au 1er trimestre 2017 avec une augmentation de 2,8% grâce, entre autres, au boom de l’immobilier et du tourisme.

Dette publique du Portugal et moyenne européenne en % de PIB (wikimedia.org)

Le tourisme, secteur dynamique par excellence

En 2017, le Portugal, qui est un pays de 10,3 millions d’habitants, a accueilli plus de 23 millions de touristes ce qui lui a permis de battre des records en matière de recettes touristiques. Ces recettes liées au tourisme ont atteint 7,1% du PIB.  Le Portugal cherche à ouvrir son économie à travers le tourisme. Ce secteur est l’un des principaux moteurs de la reprise de l’économie de ces dernières années.

picpedia.org

La clientèle principale est une clientèle européenne qui fréquente essentiellement les grandes villes comme Lisbonne ou encore Porto, et ce surtout pendant la période d’été. Les français représentent la 4ème nationalité à venir visiter les secrets cachés du Portugal. En 2016, ils étaient 1,7 millions de touristes français à choisir cette destination. Maintenant, nous pouvons compter 50 000 résidents français au Portugal. 

Attirer des investisseurs étrangers

À la suite de la crise de 2008, le gouvernement Portugais a dû avoir recours à un nouveau statut fiscal innovant pour pouvoir attirer de nouveaux investisseurs et, de préférence ceux qui seraient prêts, non seulement à investir dans le pays mais aussi à y consommer. : les retraités étrangers. C’est pourquoi tout un programme d’attraits fiscaux a été établi, en 2009.

Ce statut est celui de « résident non habituel au Portugal » (RNH). Il a été mis en place en 2009 par les Décret lois n°249/20019. Le titre de résident non-habituel garantit un avantage fiscal sur 10 ans qui est offert pour bénéficier d’une exonération d’impôts sur le revenu des retraites. Les personnes qui peuvent en bénéficier sont les personnes qui n’ont pas eu de résidence fiscale au Portugal dans les 5 ans précèdent la demande d’obtention de ce statut et il faut résider plus de 183 jours par an au Portugal durant l’année de la demande. Les bénéficiaires de ce statut auront un impôt unique de 20%. La durée de ce statut est de 10 ans. Grâce à ce statut, le marché immobilier a fortement augmenté car il reste très attractif et la fiscalité est avantageuse. 80% des biens mis en vente en 2017 se sont vendus en 6 mois.

En 2012, le gouvernement portugais a proposé la mise en place d’une nouvelle loi, « Nova lei loarrendamentourbano » (la nouvelle loi de la location urbaine), qui a pour objectif de dynamiser le marché et qui va permettre d’alléger les contraintes de la location immobilière. Cette loi a permis d’augmenter de 30,6% le nombre de transactions entre 2016 et 2017.

L’exemple du Portugal montre-t-il que dans une politique internationale, il vaut mieux être petit et discret pour avoir des résultats? Le Portugal est petit pays qui ne fait peur à personne, il n’a pas d’ennemis et on y parle une langue universelle.    

Lexique :

BCE :  banque centrale européenne, c’est la banque centrale de la zone euro qui permet de stabiliser les prix de la zone euro et de préserver le pouvoir d’achat de la monnaie unique.

FMI :  fonds monétaire international, il a pour fonction d’assumer la stabilité du système monétaire international et la gestion des crises monétaires et financières.

PIB : produit intérieur brute, est un indicateur qui permet de mesurer la production économique à l’intérieur d’un pays.

Déficit budgétaire : est une situation dans laquelle les recettes de l’Etat sont inférieures à ses dépenses au cours d’une année.

A.L. et A.C.

Catégories : Reportages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.