Corée du Sud, petit pays parmi les grands

Publié par Le Lycéen le

11è puissance économique, le dragon asiatique s’interroge sur son modèle de développement. Mais si la communauté internationale a les yeux braqués sur lui, c’est en raison de son rapprochement spectaculaire avec la Corée du Nord au moment des Jeux Olympiques de Pyeongchang.

Centre de Seoul source : pixabay.com

Les clefs de la réussite Sud Coréenne :

Depuis les années 70, la Corée du Sud a fondé son développement sur l’ouverture internationale et son insertion dans l’économie mondiale. Et cela a formidablement fonctionné ! Ainsi, la Corée du Sud est le 6è exportateur et 9è importateur mondial et se positionne comme 4è économie régionale derrière la Chine, le Japon et l’Inde. Elle doit sa réussite à sa position de leader dans l’électronique haut de gamme, à une base industrielle diversifiée, à des dépenses publiques élevées en recherche et développement (4,2% du PIB) ainsi qu’à un système éducatif performant visible dans les scores élevés obtenus aux tests internationaux (PISA). C’est aussi la population la plus connectée du monde, avec le wifi disponible partout dans la capitale. La marque Samsung quant à elle, pèse pour 17% du PIB coréen en 2016, avec un chiffre d’affaire de 61 millions d’euros et 300 000 employés dans le monde dont un tiers dans le pays. Autre symbole de la réussite coréenne, la déferlante « kpop » qui engendre plus de 300 millions de retombées économiques grâce à des groupes comme BTS ou Monsta X ou encore B.A.P.

Concert kpop Montsta (source : flickr)

Des faiblesses malgré tout:

Mais ce modèle économique comporte des faiblesses malgré ses bonnes performances économiques : le pays est particulièrement sensible à la conjoncture internationale notamment après les nouvelles mesures protectionnistes de Trump. De plus, la concurrence chinoise se fait sentir dans la sidérurgie, le textile et l’industrie navale. Le chômage atteint 10% chez les jeunes car le pays manque d’emplois qualifiés pour les jeunes diplômés du supérieur. La société sud-coréenne est marquée par le vieillissement de sa population, un taux de pauvreté élèvé et surtout par un grand nombre de suicides. En 2016 elle compte 25 suicides pour 100 000 personnes, deux fois plus que dans les autres pays de l’OCDE.

Le président s’impose 

L’arrivée de Moon Jae-in en mars 2017 à la présidence de la République avait suscité quelques inquiétudes puisqu’elle faisait suite à la destitution de Park Geunhye pour corruption. Mais Jae-in a su s’imposer dans son face à face avec Kim Jong-un, le dictateur nord-coréen, en réclamant la fin des essais nucléaires. Dernièrement, dimanche 14 octobre 2018, avait lieu le 40e anniversaire de l’amitié franco-coréenne à Paris où le président sud coréen était présent ainsi que sa femme. La musique coréenne était alors mise à l’honneur.

Moon Jae In 10 mai 2017 (source : wikipedia)

Moon Jae-in saura-t-il relever les défis qui se présentent aujourd’hui à La Corée du Sud, notamment dans les domaines économiques et sociaux, avec une politique qui mise davantage sur les revenus et l’emploi que sur les exportations, par exemple? Le pays pourrait aussi rebondir grâce à une politique de coopération nouvelle avec son voisin nord-coréen, puisque la promesse de paix et de stabilité de ce dernier pourrait rendre possible une coopération économique entre les deux pays.

G.S. et M.L.

Quelques chiffres :

  •  Croissance économique 2017 : +3.1%
  • Nombre d’habitants : 51 425 792
  • Population active : 26,64 millions en 2018
  • Revenu national / habitant : 35 790$ (PPA, 2016)
  • Inflation : 1,468% en juillet 2018
  • Taux de chômage : 4,4% en février 2019
  • IDH  (indice de développement humain): 0,90
  • Espérance de vie : 82,02 ans en 2016
Catégories : Reportages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.