L’Algérie s’ouvre au monde

Publié par Le Lycéen le

Depuis les années 1960, l’Algérie voit son taux de croissance augmenter, un PIB multiplié par 2.5 en un peu plus de 50 ans, avec une dette publique relativement basse et une dette extérieure négligeable, l’Algérie connait une situation économique positive.

L’Algérie est également un gros pays exportateur de pétrole, cette activité représente 46%  de la part du PIB total. Mais depuis quelques années le pays essaie  de se développer dans différents domaines.


PIB en US dollars (source: banquemondial.org)

Diversifier l’économie

 Elle a donc investi dans  la téléphonie mobile avec la création de la marque Condor en février 2002. Cette entreprise algérienne spécialisée dans l’électronique et le multimédia, commence à se développer. L’entreprise exporte 80% de sa production dans 35 pays dont la France, le Sénégal et la Tunisie.   

source : wikipedia

L’Algérie développe également son réseau d’infrastructures et routier avec la construction d’autoroutes, et la création d’infrastructures portuaires.

Développer le tourisme

L’Algérie n’est pour l’instant pas vraiment une destination touristique comparée à ses voisins marocain et tunisien. Pourtant les richesses culturelles et géographiques ne manquent pas. Le gouvernement affirme vouloir développer ce secteur porteur d’emploi. Ainsi a-t-il commencé à investir dans des projets de nouvelles infrastructures hôtelières. Objectif : 4,4 millions de touristes en 2027. Un objectif somme toute assez modeste comparé à ses voisins. A titre d’exemple le Maroc a enregistré 11 millions de visiteurs en 2017.


D’après les institutions financières internationales l’Algérie est considérée comme la quatrième puissance du continent africain, un des pays riches d’Afrique, avant le Maroc (5ème) et la Tunisie (12ème). Mais son économie est bien trop dépendante des hydrocarbures et des prix du pétrole. Il lui faut diversifier son économie pour éviter une crise économique. Le gouvernement a promis de faire des réformes et de rééquilibrer les finances publiques et il semble prendre certaines mesures en ce sens. Saura-t-il imposer les réformes nécessaires face à des groupes d’intérêt influents qui semblent freiner pour maintenir un status quo?

F. et G.

Catégories : Reportages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.