Strasbourg, côté arts

Vendredi 04 septembre les élèves de l’option arts plastiques de seconde, première et terminale ont pu se rendre à Strasbourg pour visiter le musée des beaux arts, le musée d’art moderne et contemporain et l’Aubette.

Ce n’est pas une petite expédition que de se rendre à Strasbourg en voyage scolaire un vendredi d’octobre. En effet, dès le matin (départ à SEPT HEURES, quand même) l’on se rend compte que cela demande un effort certain : debout à l’aube, attente à la place de la gare dans le froid… Ouffff, le bus est à l’heure, mais la prof stresse : allons-nous être à l’heure au musée ? Enfin, tout le monde est installé bien confortablement dans le bus, écouteurs branchés, ceinture attachée, le chauffeur est sympa et les profs se détendent petit à petit. A peine arrivés au centre-ville de Mirecourt voilà que la route est bloquée par … UNE BALAYEUSE (non, mais). Pas de panique… on a prévu large.

Pas de panique, on a prévu large…

Après quelques (petits) bouchons et deux heures et demie plus tard, nous voilà enfin à Strasbourg ; Mais, oh surprise, le bus ne nous amène pas au musée. Eh non, pas facile de circuler dans Strasbourg en bus et surtout de trouver un endroit pour s’arrêter et nous laisser sortir. Cool, on va prendre le tram ! Munis de nos tickets gratuits (eh oui, les alsaciens se soucient de l’environnement, eux). Nous trouvons facilement le bon arrêt de tram, puis le musée.

Les secondes et premières au musée des beaux arts

Pour ma part, je suis allée au palais Rohan étudier la représentation dans l’espace, enfin tout ce qui concerne la perspective. La guide était super et on a bien compris l’évolution depuis le XIVème siècle jusqu’au XIXème siècle. Vraiment… Tout ce qui est perspective linéaire, inversée, atmosphérique, point de fuite et tout et tout…je suis au top.

photo SV

Les terminales à l’Aubette

Quant aux teminales, ils sont allés à l’Aubette : c’est un bâtiment construit à la fin du XVIIIème siècle, dans lequel Theo Van Doesburg, Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp ont réalisé en 1928 un complexe de loisirs d’avant-garde, comprenant un ciné-dancing, une salle des fêtes et un foyer-bar. Pour comprendre le décor abstrait (programme du bac oblige) nous avons réalisé des croquis et surtout une installation au sol de formes géométriques colorées dans la salle des fêtes.

photo VDW

Enfin, midi !

Puis, enfin la pause midi approche et franchement, il est temps puisque nous avons tous faim. Les terminales sont sortis depuis longtemps, mais nous… eh bien quelques-unes ont juste oublié le code de leur casier (faut le faire…) ; du coup le temps que quelqu’un arrive pour débloquer le casier, le repas est repoussé un peu.

Il pleut et on se réfugie dans un Mac do (repéré depuis longtemps). Enfin ! nous voilà à déguster un bon hamburger ou autres délices de ce genre (ben oui). Mais le temps presse : les profs nous ont bien dit de ne pas être en retard (on a quand même réussi à négocier CINQ minutes de plus). La digestion se fera au musée d’art moderne, tant pis.

Le musée d’art moderne et contemporain

Et là, il va falloir bosser. La prof d’arts pla nous a distribué du travail à faire. Heureusement, qu’entretemps au musée ils ont changé la disposition des œuvres. Ca ne colle plus vraiment, alors… si je ne trouve pas…ce n’est pas de ma faute, hein ? Sérieux, il y avait plein de choses à voir dans le musée. J’y ai passé deux heures et demie et je n’ai pas vu le temps passer.

musée d’art moderne et contemporain ; photo SV

Retour à Mirecourt plus tard que prévu, mais la tête pleine de belles choses et des souvenirs à ne pas oublier… et aussi l’envie d’y retourner pour découvrir tous ce qu’on n’a pas eu le temps de voir.

photo SV

SV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *