Etre jeune et engagé… :

Inondations, canicules, tempêtes, tsunamis… les manifestations du dérèglement climatique sont nombreuses. On en parle beaucoup, mais a-ton vraiment pris la mesure de l’urgence ? Loin s’en faut, estime en tout cas Greta THUNBERG. Entre une manifestation et un discours à l’ONU cette jeune suédoise se consacre corps et âme à la lutte contre le réchauffement climatique. Retour sur un combat devenu controversé….

Mais qui est donc Greta THUNBERG ?

Gretaz Thunberg en grêve pour le climat (https://mronline.org)

Née le 3 janvier 2003 à Stockholm, cette militante suédoise est la plus jeune en date. Elle est diagnostiquée à 11 ans d’un trouble obsessionnel compulsif, d’un trouble du déficit de l’attention, d’un mutisme sélectif et du syndrome d’Asperger ; autant d’obstacles qui changeront son regard sur le monde en particulier sur l’écologie. Pour entreprendre une lutte contre le réchauffement climatique elle devient végane, et entraine dans son projet les membres de sa famille, dont ses parents.

Elle devient lauréate du concours organisé par le Svenska Dagbladet (un journal suédois) proposant aux jeunes Suédois d’écrire un article sur le climat. Elle y décrit sa peur du réchauffement climatique. Le 9 septembre 2018 elle fait le piquet de grève devant le Riksdag (Parlement suédois) expliquant aux journalistes qu’elle n’ira plus à l’école jusqu’aux élections générales du 9 septembre 2018 ; ainsi est né le principe d’une grève scolaire tous les vendredi (Fridays for Future). Au total, en novembre et décembre 2018, des centaines de milliers de jeunes ont organisé des grèves dans pas moins 270 villes de pays comme l’Allemagne, l’Australie, la France, l’Autriche, la Belgique, le Canada… Lors de la COP 24, le 4 décembre 2018, elle défend son point de vue sur le changement climatique face à l’assemblée des Nations Unies. Le 23 avril 2019, la jeune militante donne un discours devant la chambre des communes du Royaume-Uni (le parlement britannique), expliquant l’esprit de sa grève scolaire pour le climat. Greta Thunberg devient l’une des trois lauréats pour le prix « Héros de l’environnement » du WWF Suède.

Mais Greta n’est pas seule, son exemple a inspiré des enfants partout dans le monde qui ne manquent pas d’idées ni d’énergie pour se mobiliser et se faire entendre : Leah NAMUGERWA, en Ouganda ; Ralyn SATIDTANASARN, la guerrière thaïlandaise ; L’Américaine Alexandria VILLASENOR ; Luisa NEUBAUER en Allemagne ; la polonaise Inga ZASOWSKA ; en Belgique, Youna MARETTE, ainsi qu’Anuna DE WEVER et Adélaïde CHARKIER ; et en France citons Iris DUQUESNE et Côme GIRSCHIG.

Plus étonnant encore, Greta n’est pas le premier enfant à se battre pour l’environnement. En 1992, 26 ans avant Greta Thunberg, Severn CULLIS-SUZUKI s’exprime au sommet de la terre de l’ONU en appelant les dirigeants à agir pour la planète.

Severn Cullis-Suzuki à l’ONU en 1992 (https://fabiusmaximus.com)

Des jeunes militent pour des causes diverses

L’environnement est certes le sujet le plus brulant pour les jeunes actuellement, mais ce n’est pas le seul, loin de là. D’autres causes suscitent des engagements forts des jeunes, parfois au risque de leur vie.

Emma Gonzales lors d’une manifestation contre le port d’armes (https://brewminate.com)

Emma GONZALEZ, par exemple, s’engage dans la lutte pour le contrôle du port d’armes à feu sur le sol américain.  L’élément précurseur de son combat est une fusillade à Parkland le 14 février 2018, Les Etats-Unis déplorent 17 victimes lors de cette fusillade. Elle avait 18 ans au moment des faits.

Joshua Wong est un des leader dans le mouvement des parapluies (https://nightreview.us)

Pour rester sur le même continent plus au nord et un peu plus à l’ouest, à Hong Kong Joshua WONG est le fondateur du groupe baptisé « Scholarism », il était du même âge que Greta Thunberg quand il a fondé ce groupe. Il s’agit d’un groupe d’activistes démocrates qui œuvre dans les domaines de la politique de l’éducation ainsi que de la réforme politique. Il milite notamment pour le suffrage universel. En août 2017, il est condamné à 6 mois de prison ferme.

Malala Yousafzi au Parlemenr européen en 2013 (https://www.flickr.com)

Marchons sur le monde vers l’ouest, nous arrivons au Pakistan. C’est là que vit Malala YOUSAFZI la plus jeune détentrice du prix Nobel de la paix qu’elle reçoit en 2014 à l’âge de 17 ans. Elle s’oppose aux talibans et lutte pour le droit des femmes dans son pays ce qui a failli lui coûter la vie lors d’une tentative d’assassinat par les talibans à la sortie de son école.

https://www.lahaine.org

Pour finir notre tour du monde des jeunes militants, arrêtons-nous en Palestine ; Ahed TAMIMI est une adolescente activiste palestinienne qui agit contre l’occupation des territoires palestiniens : elle bouscule, frappe et gifle un militaire israélien appuyé sur un muret, dans la cour de sa maison, ce qui lui a valu une condamnation à huit mois d’emprisonnement. Elle avait 16 ans au moment des faits. A sa sortie de prison, elle poursuit son militantisme.

Quelle que soit la cause, être jeune n’empêche pas de s’engager et de se battre pour une cause ou tout simplement de défendre ses idées, même si ce n’est pas toujours aussi médiatique ou risqué comme dans nos exemples.  

Voir la vidéo

D.C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *